Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 12:21

La stratégie de l'émotion. La sédentarisation et "l'organicité" des populations a engendré de fait le contrôle des masses populaires. Les faiseurs d’opinions, au travers de la propagande d'antan et des moyens de communication moderne sont les filières pour instiller, distiller, disséminer de l’information au gré des évolutions technologiques et des connaissances d'assimilation du cerveau humain. Naturellement dans ce jeu ouvert le premier servit en en usant pour ses buts, ses vues, ses intérêts, fait le lit de ceux qui voudrons l'y remplacer arguant toujours d'une fin plus juste. C’est ainsi que ce déroule le monde et que les faiseurs d'opinions envahissent nos antennes radios, nos télé et nos journaux.

Dans ce déroulement de la circulation de l'information le hasard n'a que peut de place. ainsi depuis les années 1990 c'est développé, la "stratégie de l'émotion", rien de bien surprenant quand nous savons que l'humain est un être psychique dont la réponse aux sollicitations de son environnement et toujours émotionnel, même quand il utilise des données rationnelles pour y donner une consistance d'absolue réfutable, rien que cela mériterait d'être longuement commenté. Alors, si tout le monde sait que pour faire cuire une grenouille il faut tout porter l'eau à ébullition doucement, très lentement pour que la chaleur génère un engourdissement apaisant, cette histoire pour la faire cuire sans rechigner s’applique aussi bien aux hommes.

C’est ainsi que de nos jours, par les médias interposés journellement les citoyens sont informés de drames qui suscitent l'émotion développant compassion et empathie face aux réalités qui affectent certains d'entre eux, proches ou lointains. Notre réponse émotionnelle est donc l'essence de notre humanité.

c'est sous ce couvert d'émotions naturelles que se joue l'instrumentalisation politique des événements par les acteurs politiques où le choix des drames qui feront la Une n'est pas laissé au hasard, même s'il n'y a pas "complotisme". L'osmose est bien plus compliquée. Il s’agit vulgairement parlant de faire pleurer dans les chaumières c'est ainsi que le 18 novembre 2015 le président a eu un lapsus révélateur devant les maires de France en parlant des attentats qui "ensanglottent" la France.

Maitre Eric Dupont-Morreti a qualifié de fiasco du à la dictature de l'émotion la condamnation d'un client qui fut innocenté par la suite par celle qui l'accusait.

Nombres de sociologues jugent que le recours à l'émotion légitime est devenu un paravent de 'l’impuissance politique. Au de là le philosophe Christophe Godin voit dans l'expression mutiques des foules qui défilent dans des marches blanches sans slogan ni revendication, plaçant le plus souvent en tête de cortège des enfants, symboles de l'innocence et de la foi dans l'avenir, une crise de société. Il conclu que celle-ci se caractérise par l'emprise des d’émotions à laquelle cette pratique donne un écho considérable qui rebondi sur les réseaux sociaux.

Le culte de la victimisation va au delà du traumatisme réel, il se pare de toutes les vertus auxquelles répondent les politiques par un "cela peut vous arriver" qui engage un processus d'empathie par un "cela aurait pu être moi", dont chacun cultive l'usage dans son intérêt même si la rationalité en dément la gravité.

Lors de l’hommage rendu aux victimes des attentats dans la cour des invalides, la cérémonie a accordé une large place à la théâtralisation de l'émotion devant les caméras, ce qui a fait dire à la psychologue Catherine Kintzler qu'il s'agissait d'une "dictature de l'affectivité" et le psychologue Jacques Cosnier, nous atteignons là les symptômes d'une "pathologie"

En démocratie l'émotion pose le redoutable problème que le citoyen s'en remet à son ressenti (comme pour la température météo) plus qu'à sa raison, sauf que pour la météo il y a un thermomètre pour dire l'exactitude de la réalité, tandis qu'en démocratie seul le débat formule une mesure incertaine.

L'émotion est subie, s'épuise d'elle même et ne peut être arrêté, l'émotion s'impose dans l'immédiateté est paralyse la pensée. C'est la chasse au Buzz et le storystelling pour affirmer le besoin de croire plus que de comprendre, de ressentir plus que de conquérir. La "stratégie de l'émotion" est la paralysie de l'être pensant, ce qui est également une partie intégrante de son humanité. Face aux souffrances et l'émotion partagé, elle s'oppose au cynisme et elle soulage d'autant plus qu'elle est partagée, ce qui lui donne un phénomène social. C'est justement ce phénomène social qui intéresse les "faiseurs d'opinions". L’émotion permet de canaliser les masses populaires pour peu qu'elles soient soumise au feu constant d'informations dramatiques en l'espèce.

Un phénomène connu de toutes les dictatures qui devient un problème quand ce sont les démocraties qui en font usage.

Un double problème c'est engagé, la stratégie de l'émotion instrumentalisé et focalisé entraîne une dépolitisation qui ouvre vers la fascisation et aspire à une sécurisation totale. La réponse sociale des foules mutiques occupe un espace public qui a politiquement mais qui se reconstitue diversement sur la toile ou dans la rue.

Voltaire racontait que deux grenouilles tombées dans du lait l'une pria et se noya, l'autre se débattit si énergiquement que le lait devint beurre assurant sa survie.

13 05 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by ddacoudre - dans critique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ddacoudre.over-blog.com
  • Le blog de ddacoudre.over-blog.com
  • : le monde dépend du regard que l'on porte. Cela emporte de comprendre que si un flux d'énergie qui circule sans but dans le cosmos donne la vie, tout ce que nous concevons atteint un seuil où tout s'écroule. C'est ainsi que si Un dispose d'une vérité absolue il peut se suicider, car c'est un mort vivant qui ne peut développer que la mort qu'il porte.......
  • Contact

Recherche