Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 22:03

 

Comme beaucoup d'entre nous j'ai suivi le débat des cinq candidats sur onze, un choix fâcheux, mais si sur TF1 il n'y avait que cela de fâcheux ce ne serait pas bien grave. J'ai, les jours suivants écouté la radio sur différentes stations, à croire qu'il y avait un consensus pour ne traiter que de la prestation des candidats. Naturellement avec la radio trottoir chacun trouvait un talent préférentiel pour son candidat, rien de plus naturelle, mais dans les débats entre journalistes, ce qui semblait les décevoir c'est que la première partie fut molle parce qu'ils ne se sont pas étripés comme de vulgaires charretiers. Ils ont tous préféré la seconde partie où quelques débats latéraux se sont développés. Et à ce sujet ils étaient plus loquasses, comme le sont ceux qui aiment quand cela saigne. Certains en rajoutaient, car visiblement les quelques échanges vifs, qu'il y a eu, sont restés dans la limite de la courtoisie et de la dignité qui sied à ces débats. Cela n'a pas nuit à l'image de ceux qui ont mis des points sur les i comme Mélenchon, ou les autres quand ils ont cru bons défendre leur programme ou leur candidature.

Il est bien évident que Mélenchon ressort du lot avec son talent d'orateur que lui conteste avec moins de panache Marine le Pen, quant à Fillon il est resté fidèle à lui-même impassible avec quelques sourires ou quelques moues pour être narquois ou contrarié. Quant à Hamon ou Macron visiblement ils avaient un petit contentieux en suspend qui n'a pas nuit à l'ensemble de leur prestation si ce n'est qu'à un moment il n'y avait qu'eux deux qui savaient de quoi ils parlaient. Macron n'a pas failli même s'il s'est globalement mis en situation de cible et c'est senti plus agressé que ce qu'il le fallait. Il est vrai que certains attendaient de voir s'il serait mordant dans le débat. Ce n'est visiblement pas son style, mais il débute et ce n'était pas si mal, il ne fallait pas s'attendre à trouver derrière son visage de jeune premier un Mélenchon. Vers la fin il m'a paru fatigué au point qu'il a un peu malmené sa conclusion.

Le débat fut clair, chacun a pu exposer son point de vue plus que dans débattre avec les autres si ce n'est que de préciser ce sur quoi ils étaient d'accord ou en opposition. Il est certain que quand ils parlent programme, les savoirs de chacun et leur conviction constituent un filtre plus ou moins efficace pour suivre le débat. Puisque alors il faut aller rechercher derrière de courtes interventions, tout le non-dit que cela sous tend qui dépend de l'intérêt que porte chacun à la politique.

Il est amusant de constater que beaucoup se sont attardés sur la remarque de Marine le Pen à Macron qui devenait difficile à suivre à un moment, mais ce n'est pas cela qui était important. C'était cette position inconfortable où l'on veut se tenir le cul entre deux chaises, alors que l'on est bien assis sur celle de droite. Il n'était pas le seul Hamon est dans une situation similaire il veut bien être de gauche, mais sans renier le capitalisme. Il y avait bien deux positions idéologiques quatre de droite, le libéral capitalistique Fillon, Macron, le social capitalistique Hamon, le protectionnisme capitalistique Marine le Pen et le socialisme réaliste de Mélenchon dans un keynésianisme adapté aux dérives de la mondialisation libérale capitalistique.

Je donne une mention à Hamon, curieusement il est le seul à avoir évoqué l'avenir de la fonction travail. Il va aller en se réduisant, car c'est dans la ligne de l'évolution que l'on peut constater…c'est un peu compliqué, parce que cela ne se quantifie pas en comptabilisant seulement les emplois, mais en comparant la productivité des hommes à produire dans un temps donné pour satisfaire à l'évolution de leur population. J'ai eu l'occasion de l'écrire, l'humain cherche en permanence le moyen de se faire remplacer au travail. Ce sera certainement l'objet d'un prochain article, l'autre mention à Mélenchon pour le développement de l'éco socialisme qui serait dans un premier temps source de nombreux emplois avant de se réinscrire dans la courbe de l'évolution que l'on peut suivre depuis le premier tailleur de silex.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ddacoudre - dans critique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ddacoudre.over-blog.com
  • Le blog de ddacoudre.over-blog.com
  • : le monde dépend du regard que l'on porte. Cela emporte de comprendre que si un flux d'énergie qui circule sans but dans le cosmos donne la vie, tout ce que nous concevons atteint un seuil où tout s'écroule. C'est ainsi que si Un dispose d'une vérité absolue il peut se suicider, car c'est un mort vivant qui ne peut développer que la mort qu'il porte.......
  • Contact

Recherche