Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 13:16


 

Peu d'entre nous choisissons notre destiné, pour ne pas dire aucun.

Les événements auxquels nous contribuons par le plus petit de nos actes, comme celui que je fais actuellement, s'agglutinera à d'autres, et ne trouvera son expression que dans ses multiples associations et voies dans lesquelles il sera entrainé sans pourvoir rien en changer. Pourtant au bout UN en sera l'émanation, marchant dans les traces de ses propres actes qui l’auront conduit au contact des uns et des autres, d'où seront nés ses désirs, à être là où des événements, où leurs totalités l'auront porté.

Mais il ne s’y maintiendra que si les autres opèrent leur transfert vers lui, et voit en lui ce qu'ils espèrent pour eux.


Nous pourrions donc dire que nous procédons par égoïsme solidaire.
Lorsque les mineurs mourraient de la silicose en laissant leur famille dans la difficulté, d'aucun, sachant qu'un jour ils mouraient de la sorte, eurent l'idée de se cotiser pour venir en aide à la famille du défunt dans l'égoïste espoir que le jour où ils disparaitraient des mêmes maux, leur famille seraient aidées.

Était né la mutualisation du risque, l'ancêtre de ce qui est devenu la sécurité sociale.

Point qu'il n'exista en ces temps la charité chrétienne, mais elle vivait les sacrifices spirituels de ses serviteurs qui y consacraient leur vie et par les dons aléatoires des riches en quête d'indulgences.
Que dit Mélenchon, rien de plus: " nous ne pouvons pas compter sur la charité des riches qui en sont arrivés à n'être que des machines comptables, où chaque sous qui sers à se vêtir, se distraire, se nourrir, se loger, se déplacer, se soigner, s'instruire, se protéger, s’aimer, devient une charge.

En bref tout ce qui est besoin humain rentre dans le compte des CHARGES, et diminue à leurs yeux d'autant la distribution des dividendes".


Ma caricature est lourdes, mais elle met en évidence qu'il ne peut rien être fait en dehors de du regard que l'humain porte sur lui même, que l'on ne peut enfermer ses actes d’Être Vivant dans une comptabilité "quantificative".

Cette comptabilité ne pourra jamais contenir la totalité du monde, car elle est exclusive, et si elle se présente comme une "science" elle n'est que subjective, et conduite par les sujets qui l'ont élaboré, non sous la pression d’un égoïsme solidaire, mais dans la recherche de la formation d'un seul capital, où l'humain qui y contribue devient un objet.

C'est contre cette voie que Mélenchon s'élève, et crie Humain d'abord, et il trouvera un écho chez les socialistes et d'autres.


Sur cette base Mélenchon ne fera pas perdre Hollande, car lentement de part le monde, la machine financière s'identifie à la négation de l'HOMME, et comme elle en est son produit, lui seul sait où couper le courant qui l'alimente sans faire s'écrouler des tours.

Aucun  homme ne peut se gausser de cerner le monde, il y aurait là folie ou déraison, pourtant c’est dans ce monde que nous vivons. N’y parvenant pas du fait des limites biologiques de notre être, nous avons trouvé en lui le lieu où en cumulant les observations de notre monde, nous les avons organisés dans un apprentissage mimétique pour passer à un enseignement structuré, duquel sont sortis nos moyens techniques et psychiques. Nous avons d’étaler notre cerveau hors de sa boite crânienne dans des milliards de codifications avec lesquels nous édifions des mondes imaginaires, qui deviennent parfois des réalités tellement intangibles ou irréfutables qu’ils en génèrent des obscurantismes des plus meurtriers.

 

Pire nous confions notre destin à des structures mécaniques déterministes que nous nourrissons du peu que nous pouvons comprendre de notre immense méconnaissance, et en tirons la conclusion que ces machines sont plus savantes que nous, et que ce sont d’elles que nous devons apprendre le futur imaginaire dont dépend notre bonheur et celui du monde.

 

Aussi utile soient-elles, car elles sont une partie de nous, elles excluent de fait ce qui fait l’humain, ses sens. L’être organique qui perçoit l’indéfinissable (dieu pour les croyant), et sans lesquels l’on ne peut pas être un HUMAIN.


Il semble que cette constante qui s’observe comme une invariance d’échelle, impose un choc inévitable pour franchir un changement d’état. Telle  la vapeur devenant eau et l’eau glace en fonction de leur environnement, en libérant au passage une décharge d’énergie, la même que l’on observe lorsque un être passe de vie à trépas.

Quand nous observons cela sous le regard d’un économiste nous parlons de cycle, nous serions dans l’hiver de komdratieff auquel succéderait un conflit guerrier. Mais il y a bien plus grave, c’est le nouveau portillon vers le fascisme.

 

J’ai souvent écrit qu’on ne le devient pas par choix, que ceux qui l’ont porté étaient d’honnêtes citoyens qui s’inscrivaient dans le déroulement d’un monde scientiste dont les machines déduisaient  des études anthropologiques et anthropomorphiques qu’il y avait des races, alors si « MILGRAN » le dit, c’est vrai, c’est lui qui a les arguments d’autorités.

 

Que disait-on en ces temps : « la race est la prédisposition instinctive, pour ainsi dire physique, c’est la civilisation dans le sang…. On peut exterminer certains peuples, on ne peut les changer ». Ce n’est pas Hitler qui a dit cela, mais LAMARTINE, citant les hébreux, les bohémiens, et les bédouins à l’assemblées nationale en 1937. Mais c’est Hitler qui est passé à l’acte, comme hier Mehrad pour d’autre race divine.

 

Alors certainement que je voterai pour celui qui appelle au renouveau humain, pour celui qui n’a certainement aucune idée du poids de la métamorphose à entreprendre, moi si, et il faudra lutter ou convaincre des millions de LAMARTINE pour que ne naisse pas de nouveaux Hitler ou Merhrad parce que l’argument d’autorité économique  fabrique les races de pauvres qu’il va falloir éliminer parce qu’on ne peut pas les changer.

 MARINE n’a pas encore compris cela.

Partager cet article

Repost 0
Published by ddacoudre - dans critique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ddacoudre.over-blog.com
  • Le blog de ddacoudre.over-blog.com
  • : le monde dépend du regard que l'on porte. Cela emporte de comprendre que si un flux d'énergie qui circule sans but dans le cosmos donne la vie, tout ce que nous concevons atteint un seuil où tout s'écroule. C'est ainsi que si Un dispose d'une vérité absolue il peut se suicider, car c'est un mort vivant qui ne peut développer que la mort qu'il porte.......
  • Contact

Recherche