Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

Il est de bon ton de dire "Sauvons la planète" et chacun au quotidien agit ou se culpabilise dans de petit gestes quotidiens, tout en continuant une existence consumériste sans rien changer de ses comportement, tout en espérant qu’un vote suffit.

 

Pour beaucoup cela tient à la brièveté imposée à la circulation de l'information qui doit se contenir dans le laps de temps compris entre deux pubs, ou être vendeuse. Alors nous entendons dire qu'il faut sauver la planète. Est-ce un appel au suicide collectif de l'homo consommateur pollueur. Depuis la vulgarisation de l'histoire de la vie de la planète par les astrophysiciens les cosmologistes et tous ceux qui l'auscultent, nous savons qu'elle n'attend pas après nous pour exister, qu'elle se fou royalement de savoir si nous la polluons ou pas. Elle a existé avant nous et continuera probablement son existence de planète sans nous.

Par contre comme toutes espèces vivantes organiques nous interagissons avec, et notre comportement existentialiste n'est pas sans entraîner des modifications environnementales qui en retour nous affectent, et menace notre existence. Et c'est là que se trouve la distinction à faire. Ce n'est pas la planète qu'il faut sauver mais notre existence. Et le discours serait plus clair si nous disions qu'il nous faut sauvez la peau de l'espèce humaine. Mais voila cela ne s'explique pas entre deux pubs consuméristes et dans un article racoleur, voire au cours d'une campagne électorale dans laquelle les candidats (pour certain) prônaient  la croissance économique consumériste actuelle tout en stigmatisant l'attitude écologique. C'est comme si vous demandiez à la guillotine de regreffer la tête qu'elle vient de couper. Nous voyons même des "Super marcher" utiliser le slogan écologiste vendeur, tout en proposant les productions chinoises et autres, qui vont devenir les fossoyeurs de l'espèce humaine par la quantité de pollution générée et l'épuisement des matières premières. Je n'ai aucun arrière pensé autarcique en l'espèce si ce n'est que le bonheur promis pour tous par la possession de biens manufacturables, n'est accessible qu'à une minorité, et de plus possède un terme mesurable.

Dans son excellent ouvrage "Une histoire de l'avenir" Jacques Attali en cerne en partie les contours, tout en achevant son ouvrage sur une note optimiste avec l'avènement de l'hyper démocratie.

Toutefois une évidence est observable, c'est que tous les pays industrialisés (pour rester dans des critères arbitraires financiers) voient leur population autochtone ne pas se renouveler.

Il semble donc, si nous ne savons pas sauver notre espèce, que la planète se charge d'en assurer la régulation. D'autre dirons que c'est le destin, Dieu, ou la sélection naturelle. Il n'y a donc que ceux qui croient à la toute puissance du libre arbitre pour ne pas déchiffrer en cela la conséquence d'une adéquation entre l'Homme et la planète.

Il ne s'agit bien sur pas d'une relation privilégié, mais  nous pouvons faire un constat. Celui que, lorsque une cellule organique ne reçois rien de l'extérieur elle péri sous ses propres déchets. Donc en l'absence d'une contre idéologie économique à celle dominante d'aujourd'hui celle-ci s'autodétruira. Ceci indépendamment du nom que nous lui donnons qui consiste à transformer tout ce qui est possible en monnaie pour obtenir la puissance et la domination. Rien en cela de bien nouveau, sinon de dire qu'il s'agit d'une transposition du dominant Alpha, sauf qu'à son tour le dominant meurt un jour. Alors où se situe l'homme civilisé, celui sensé nous faire sortir de l'animalité barbare, dans les médias ou dans les universités, dans l'asservissement mercantiliste de ses sens ou dans son aptitude géniale à l'apprentissage, dans l'éloge de l'information peoples, les ragots médiatiques et l'avilissement du politique ou dans la connaissance de notre être. Nous avons déjà programmé la réponse par les modifications apportées à notre environnement qui engendrent les comportements d'aujourd'hui. Voir plus loin exige de dépasser nos  sens au service de l'immédiateté. Nous avons appris à vivre il va falloir apprendre à survivre. Pour cela il va falloir qu'une information éducative circule, donc repenser la place de la puissance médiatique, non pas la liberté de la presse, mais son asservissement au pouvoir financier.  Il serait tout de même logique que ceux qui la financent réellement, c'est à dire le client par les pubs, puisse avoir une information pluridisciplinaire. Le sujet demeure toujours épineux mais débattre de sujet existentiel n'est pas un divertissement théâtralise devant se résumer à la reprise d'un slogan erroné.

L'espèce humaine est sur le point de s'autoréguler car nous pouvons comprendre que nous ne remplirons pas l'espace terrestre et l'espace interstellaire d'Homme. Cela c'est certainement déjà produit comme cela se produit pour les autres espèces que nous observons dans un cycle perpétuel tenant aux métamorphoses de la planète et du système stellaire. Naturellement les vivants d'aujourd'hui n'y assisteront pas car ce n'est pas par un processus guerrier que cela se fera, puisque nous avons fait que cela et notre population à cru. Mais très certainement par le rejet de nos déchets parce que notre existence s'inscrit dans un mécanisme universel où toute espèce par ingestion transforme la matière. En quelque sorte nous pouvons nous regarder comme un gigantesque appareil digestif sociétal qui consomme de la matière la transforme dans tous les biens et concepts par notre sens de l'apprentissage et notre capacité cérébrale à l'empilement de données. Reste les déchets (même humain par la compétition) et c'est là l'enjeu de notre survit. Pas celui de la planète.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de ddacoudre.over-blog.com
  • Le blog de ddacoudre.over-blog.com
  • : le monde dépend du regard que l'on porte. Cela emporte de comprendre que si un flux d'énergie qui circule sans but dans le cosmos donne la vie, tout ce que nous concevons atteint un seuil où tout s'écroule. C'est ainsi que si Un dispose d'une vérité absolue il peut se suicider, car c'est un mort vivant qui ne peut développer que la mort qu'il porte.......
  • Contact

Recherche