Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 


Ce vent vichyssois à soufflé jusqu'à Sarkozy en traversant les temps, je ne sais si Guéno s’y reconnait.

Mais Sarkozy certainement, puisque cette phrase et de lui. « Le but de la République, c’est la reconnaissance du travail comme source de la propriété et la propriété comme représentation du travail. » C’est beau, mais n’a d’autre sens de dire que c’est par le travail que l’on devient propriétaire des moyens de production.
si cela concerne tous les citoyens, alors il est communiste, incroyable! Sarkozy cachait qu’il était communiste. Et les journalistes n’ont pas découvert cela, comme Pétain d’ailleurs lisez son discours, je vous le promets ce n’est pas celui de Sarkozy que j’ai modifié.

 

Discours de Pétain.

Mes Amis,

J’ai tenu à passer au milieu de vous cette journée du 1er mai, la première depuis l'armistice, afin de bien marquer le sens et l'importance que j'attache à l'idée du travail autour de laquelle doit s'opérer, selon moi, la réconciliation de tous les Français.

Le 1er mai a été, jusqu'ici, un symbole de division et de haine ; il sera désormais un symbole d'union et d'amitié parce qu'il sera la fête du travail et des travailleurs.

Le travail est le moyen le plus noble et le plus digne que nous ayons de devenir maîtres de notre sort. Un homme qui sait accomplir une tâche avec courage et expérience représente toujours une valeur pour ses semblables. La plus saine fierté que l'on puisse trouver est de se sentir utile par le travail bien fait. Aucun privilège de nom et de fortune ne donne à quelqu'un autant de confiance dans la vie et de bienveillance à l'égard d'autrui.

Le travail répond à cette loi sévère de la nature que rien ne s'obtient sans effort. Cette loi du travail a été marquée par une formule de malédiction : « Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front ». C'est donc à tort qu'on a fait luire à vos yeux le mirage d'une cité future où il n'y aurait plus de place que pour les plaisirs et pour les loisirs.

Mais si le travail est pour l'homme un passe-temps, il est aussi un bienfait. Il est, en effet, une condition de la bonne santé morale et physique, de l'équilibre et du développement des facultés humaines. C'est une erreur de croire que l'on puisse conserver intacts les dons de ses facultés dans l'oisiveté. Nous ne développons nos capacités, nous n'augmentons nos forces que par l'exercice que nous nous donnons.

La même expérience vaut pour les nations et pour les individus. Unie nation ne se fait pas par un privilège ou une faveur de la chance. Elle se fait par le travail continu de tous ses enfants, de génération en génération.

Un chef d'industrie, un patron, pour mériter le commandement dont il est investi, doit se considérer comme ayant charge d'existence, et même, en un certain sens, charge d'âme. Il doit avoir le souci majeur de la dignité, du bien-être, de la santé, du moral de ses collaborateurs et de leurs familles. Il doit même faire un pas de plus et, respectant la liberté de ses ouvriers, ne pas vouloir à toute force leur gain tel qu'il le conçoit lui, mais tel qu'ils le conçoivent eux.

Que veulent-ils donc au juste, les ouvriers, lorsque délivrés de leurs mauvais bergers ils s'interrogent dans l'honnêteté de leur conscience et dans la sincérité de leur cœur ? Ils veulent d'abord s'évader de l'anonymat où ils ont été jusqu'ici trop souvent confinés. Ne pas vendre leur travail comme une marchandise, ne pas être traités comme des machines, mais comme des êtres vivant, pensant, souffrant, avoir avec leur chef des relations d'homme à homme.

Ils veulent ensuite échapper à l'incertitude du lendemain, être protégés contre les aléas de chômage, trouver dans leur métier une sécurité ou, pour mieux dire, une propriété, avoir la possibilité d'y avancer jusqu'à la limite de leurs aptitudes. Ils veulent, en outre, participer dans une mesure raisonnable au progrès de l'entreprise à laquelle ils sont associés, avoir une sauvegarde efficace contre les misères qui les guettent lorsque survient la maladie ou lorsqu'arrive la vieillesse, pouvoir élever leurs enfants et les mettre en état, selon leurs capacités, de gagner honorablement leur vie.

Toutes ces aspirations sont légitimes et, dans l'ordre nouveau que nous préparons, elles devront être satisfaites. Elles pourront l'être sans grever les prix de revient de charges trop lourdes, pour peu que l'esprit de collaboration porte son fruit naturel sous la forme d'un accroissement de la production en quantité et en qualité. Cet ordre nouveau, en quoi consiste-t-il ?

Abandonner tout ensemble le principe de l'individu isolé en face de l'État, et la pratique de coalitions ouvrières et patronales dressées les unes contre les autres. Il institue des groupements comprenant tous les membres d'un même métier : patrons, techniciens, ouvriers.

Le centre de groupement n'est plus la classe sociale, patronale ou ouvrière, mais l'intérêt commun de tous ceux qui participent à une même entreprise. Le bon sens indique, en effet, lorsqu'il n'est pas obscurci par la passion ou par la chimère, que l'intérêt primordial, essentiel, des membres d'un même métier, c'est la prospérité réelle de ce métier.

Les artisans ont été les premiers à comprendre cette grande vérité et à la mettre en pratique. Il existe déjà, parmi eux, de nombreux essais de vraies corporations qui n'attendent que la consécration légale pour devenir des corporations véritables. Moins répandue dans les milieux industriels, l'idée y a fait pourtant, depuis quelques années ; des progrès sensibles, partout où elle s'est introduite elle a eu les effets les plus heureux.

L'expérience a montré que partout ou des hommes de bonne foi, même issus de milieux sociaux très divers, se rencontrent pour une explication loyale, les malentendus se dissipent pour faire place à la compréhension, puis à l'estime, puis à l'amitié.

Lorsque, dans chaque entreprise ou dans chaque groupe d'entreprise, patrons, techniciens, ouvriers auront pris l'habitude de se réunir pour gérer en commun les intérêts de leur profession, pour administrer en commun leurs œuvres sociales, apprentissage, placement, qualification, allocations familiales, secours de maladie, retraites, logement ou jardins ouvriers, il ne tardera pas à se créer entre eux une solidarité d'intérêts et une fraternité de sentiments indestructible.

Dès lors l'union de la nation ne sera plus une formule trop souvent trompeuse, mais une réalité bienfaisante. L'ordre social nouveau, tenant compte de la réalité économique et de la réalité humaine, permettra à tous de donner leur effort maximum dans la dignité, la sécurité et la justice.

Patrons, techniciens, ouvriers, dans l'industrie comme dans l'artisanat, formeront des équipes étroitement unies qui joueront ensemble, pour la gagner ensemble, la même partie. Et la France, sur le plan du travail comme sur tous les autres, retrouvera l'équilibre et l'harmonie qui lui permettront de hâter l'heure de son relèvement.

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de ddacoudre.over-blog.com
  • Le blog de ddacoudre.over-blog.com
  • : le monde dépend du regard que l'on porte. Cela emporte de comprendre que si un flux d'énergie qui circule sans but dans le cosmos donne la vie, tout ce que nous concevons atteint un seuil où tout s'écroule. C'est ainsi que si Un dispose d'une vérité absolue il peut se suicider, car c'est un mort vivant qui ne peut développer que la mort qu'il porte.......
  • Contact

Recherche